2014/03/20

Une page qui se tourne....

A la veille du 23.03, date à laquelle nous allons nous rendre aux urnes pour élire une nouvelle équipe municipale et, à sa tête, un nouveau maire, je choisis de mettre des mots sur cette expérience inédite qu'a été pour moi cette mandature à la mairie de Bordeaux et à la CUB.
J'en profite également pour vous adresser à tous un mot d'adieu emprunt d'une certaine nostalgie car bien que je ne suis resté que 6 ans : c'est tout de même 6 ans de ma vie!
C'est une expérience inédite pour moi, qui n'avais jamais auparavant été dans un parti politique et qui de surcroît n'étais pas bordelaise : la politique est venue me chercher!
Inédite car je ne connaissais pas les codes et j'ai essayé de les apprendre tant bien que mal....
Inédite car je me suis découverte au-delà de ce que je pouvais imaginer et j'ai découvert des ressources insoupçonnées.
Inédite car j'ai passionnément aimé être au service des autres et générer des liens entre les personnes.
Inédite car j'ai découvert le monde politique que je ne connaissais pas et suis transformée au plus profond de moi-même par cette expérience.
Inédite car j'ai fait la connaissance de chacun de vous et garde de très beaux et puissants souvenirs.
Inédite car je suis plus convaincue que jamais par cette phrase de Socrate: "Tout ce que je sais c'est que je ne sais rien".
Inédite car je pensais que j'allais continuer à vivre ces formidables moments de ma vie et que cela s'arrête sans bien comprendre pourquoi.
Inédite car je mesure aujourd'hui la puissance et l'impuissance de l'élu face à la réalité : c'est une formidable leçon d'humilité qui m'a été donné.
Inédite enfin car j' ai eu une chance inouïe de travailler avec et pour Alain Juppé!
Je souhaite à toutes celles et ceux qui vont être élus le 23.03 mars prochain de continuer à être animés par les valeurs d'humanité, de solidarité, de justice et de continuer à protéger les plus vulnérables d'entre nous!

Bien à vous tous et à bientôt au détour des rues et des évènements de Bordeaux!

2014/02/11

Révolution et Cité Numérique: et si nous décidions de basculer dans le nouveau monde....



L’avènement du numérique dans nos sociétés introduit une révolution technologique (émergence des « villes intelligentes »), économique (essor de l’économie numérique fondée sur les nouveaux usages : en 2012, les ventes via internet ont atteint 45 milliards  soit une hausse de 19% sur un an et les ventes sur l’Internet mobile ont généré un chiffre d’affaire d’un milliard d’euros et on recense 117500 sites marchands actifs, soit une augmentation de 17% sur un an), sociétale (l’utilisateur devient consom-acteur) et culturelle (éclosion de la culture digitale) !
Le numérique est bien au cœur de nos vies.
Cependant, il présente la particularité d’être peu visible et donc délicat à appréhender : d’où l’enjeu d’avoir sur le territoire un HUB qui est au carrefour de l’entreprise, de la recherche, de la création et de la sphère de la citoyenneté.
La création de valeur y naît de la fertilisation croisée d’activités très diverses qui gagnent à être réunies en un même lieu : la CitéNumérique !
La Cité Numérique a vocation à devenir un pôle d’excellence économique, culturelle et sociétale fondé sur les usages numériques.
Le concept s’appuie sur un système productif local qui fédère les énergies régionales.
Tête de réseau, la Cité apportera à la diversité des acteurs du numérique les moyens matériels et immatériels de leur développement.
1- Projet polymorphe investi dans les champs économique, culturel, technologique et sociétal.
Il stimulera le développement des entreprises et des activités créatives et culturelles (TPE, PME, acteurs de l’ESS et du logiciel libre) qui seront nourries par des équipements et des services technologiques mutualisés.

2- Projet au carrefour des échelles locale, régionale et internationale notamment grâce à son positionnement sur le site d’Euratlantique qui lui sert de vitrine et de point de focalisation.

3- Un positionnement thématique affirmé
Plusieurs filières ont été pré-identifiées pour leur potentiel de croissance et leur intérêt pour le projet : autour de l’image et de l’animation (en complémentarité avec l’écosystem des terres Neuves), du m-commerce et du e-marketing, de la numérisation et de l’hébergement de données, de la mobilité intelligente et des green-tech.
 
4- Un projet conçu comme un accélérateur de projets numériques au service du territoire
Il doit permettre en effet l’épanouissement des porteurs de projets (qu’il s’agisse d’entrepreneurs, d’artistes ou du grand public en leur offrant les moyens de suivre un parcours complet et cohérent allant de l’incubation en passant par le développement pour aboutir à la maturation qui leur permettra de s’implanter en sortie de site sur le territoire local ou régional.

Et si nous décidions de basculer dans le nouveau  monde!

2014/01/18

Les vœux de l’an 2014 d'Ariane Mnouchkine: Bonne année à tous!

J'ai envie de partager avec vous ce magnifique texte d'Ariane Mnouchkine en guise de voeu pour cette nouvelle année 2014: je partage tellement cette analyse!
 Ariane Mnouchkine, née le 3 mars 1939 à Boulogne-Billancourt, est metteur en scène de théâtre et animatrice de la troupe qu'elle a fondée en 1964, le Théâtre du Soleil. Elle est également scénariste et réalisatrice de films.

« À l’aube de cette année 2014, je vous souhaite beaucoup de bonheur. »Une fois dit ça… qu’ai-je dit? Qu'ai je souhaité vraiment ?

Je m’explique :

Je nous souhaite d’abord une fuite périlleuse et ensuite un immense chantier.

D’abord fuir la peste de cette tristesse gluante, que par tombereaux entiers, tous les jours, on déverse sur nous, cette vase venimeuse, faite de haine de soi, de haine de l’autre, de méfiance de tout le monde, de ressentiments passifs et contagieux, d’amertumes stériles, de hargnes persécutoires.

Fuir l’incrédulité ricanante, enflée de sa propre importance, fuir les triomphants prophètes de l’échec inévitable, fuir les pleureurs et vestales d’un passé avorté à jamais et barrant tout futur.

Une fois réussie cette difficile évasion, je nous souhaite un chantier, un chantier colossal, pharaonique, himalayesque, inouï, surhumain parce que justement totalement humain. Le chantier des chantiers.

Ce chantier sur la palissade duquel, dès les élections passées, nos élus s’empressent d’apposer l’écriteau : “Chantier Interdit Au Public“

Je crois que j’ose parler de la démocratie.

Etre consultés de temps à autre ne suffit plus. Plus du tout. Déclarons-nous, tous, responsables de tout.

Entrons sur ce chantier. Pas besoin de violence. De cris, de rage. Pas besoin d’hostilité. Juste besoin de confiance. De regards. D’écoute. De constance.

L’Etat, en l’occurrence, c’est nous.

Ouvrons des laboratoires, ou rejoignons ceux, innombrables déjà, où, à tant de questions et de problèmes, des femmes et des hommes trouvent des réponses, imaginent et proposent des solutions qui ne demandent qu’à être expérimentées et mises en pratique, avec audace et prudence, avec confiance et exigence.

Ajoutons partout, à celles qui existent déjà, des petites zones libres.

Oui, de ces petits exemples courageux qui incitent au courage créatif.

Expérimentons, nous-mêmes, expérimentons, humblement, joyeusement et sans arrogance. Que l’échec soit notre professeur, pas notre censeur. Cent fois sur le métier remettons notre ouvrage. Scrutons nos éprouvettes minuscules ou nos alambics énormes afin de progresser concrètement dans notre recherche d’une meilleure société humaine. Car c’est du minuscule au cosmique que ce travail nous entrainera et entraine déjà ceux qui s’y confrontent. Comme les poètes qui savent qu’il faut, tantôt écrire une ode à la tomate ou à la soupe de congre, tantôt écrire Les Châtiments. Sauver une herbe médicinale en Amazonie, garantir aux femmes la liberté, l’égalité, la vie souvent.

Et surtout, surtout, disons à nos enfants qu’ils arrivent sur terre quasiment au début d’une histoire et non pas à sa fin désenchantée. Ils en sont encore aux tout premiers chapitres d’une longue et fabuleuse épopée dont ils seront, non pas les rouages muets, mais au contraire, les inévitables auteurs.

Il faut qu’ils sachent que, ô merveille, ils ont une œuvre, faite de mille œuvres, à accomplir, ensemble, avec leurs enfants et les enfants de leurs enfants.

Disons-le, haut et fort, car, beaucoup d’entre eux ont entendu le contraire, et je crois, moi, que cela les désespère.

Quel plus riche héritage pouvons-nous léguer à nos enfants que la joie de savoir que la genèse n’est pas encore terminée et qu’elle leur appartient.

Qu’attendons-nous ? L’année 2014 ? La voici.

PS : Les deux poètes cités sont évidemment Pablo Neruda et Victor Hugo »

2013/12/22

Bordeaux, une ville accueillante et chaleureuse pour les entreprises


Je suis très heureuse d'avoir apporté ma contribution pour Bordeaux, ville d'avenir en matière de développement économique et d'emploi.

Mes valeurs
 
Je crois aux valeurs de la création, de l'audace, de l'innovation.
J'ai un vrai respect pour ceux qui osent créer, qui ont l'audace de croire à une idée, de s'y tenir et d'arriver à en gagner leur vie.
Et je suis heureuse à mon niveau d'avoir pu les aider et de continuer à les accompagner.
Par ailleurs, je crois que la création d’entreprise est l’un des horizons du développement
économique et de l’emploi. Pour le dire autrement, la création d’entreprise est une des réponses à la crise que nous traversons.
Nous vivons la fin du salariat à vie. Chacun de nous peut être amené à un moment ou un autre de sa vie professionnelle à créer sa propre activité. C’est cet appel au talent et la créativité que nous devons
développer.

ACTIONS

Continuer à promouvoir

l’entrepreneuriat en général

et spécifiquement chez les

jeunes et les femmes et dans

les quartiers.
Idée d’un appel à projet lancé
par la Ville autour de la création
d’entreprise destiné aux étudiants
en partenariat avec les écoles de
Bordeaux (Campus Chartrons par
exemple).
Promouvoir et accompagner
l’entrepreneuriat féminin
Accompagnement de Bordeaux
Aquitaine Pionnières, seul
incubateur féminin du grand
Sud-Ouest qui a ouvert ses portes
il y a de 18 mois.
Aujourd’hui 19 projets y sont
accompagnés dont 5 sociétés
créées et hébergées chez Darwin.
Les femmes représentent
seulement un tiers des créations
d’entreprises : il existe donc des
marges de progression.
Idée d’un espace de co-
working féminin
Appel projet à destination
des créatrices d’entreprises et
financement participatif

Accueillir et faciliter la vie des

entreprises
Proposition d’un office du
tourisme pour les entreprises
avec une offre packagée
Mettre les entreprises en
réseau (idée d’un bus qui
présente les entreprises de la
ville)
Poursuivre l’accueil des
nouveaux créateurs
d’entreprises en votre
présence et celle de tous les
acteurs institutionnels au
même rythme que celui des
nouveaux arrivants.
Objectif : décloisonner et faire de
Bordeaux une ville accueillante et
chaleureuse pour ses entreprises
 ►Faciliter la présence des
entreprises dans la ville
 •Priorité absolue de continuer
à développer le haut débit
 •Continuer à développer les
bornes électriques pour tout
le monde
Récompenser les propriétaires
de voitures électriques ou
ceux qui pratiquent autocool
ou le co-voiturage
Accompagner les entreprises
en développement
Développer le crowdfunding
ou financement participatif pour
les TPE
Le crowdfunding, appelé
également financement
participatif, est une technique
de financement de projets de
création d’entreprise utilisant
internet comme canal de mise
en relation entre les porteurs de
projet et les personnes souhaitant
investir dans ces projets.
Deux aspects :
L’épargnant qui souhaite
investir un peu d’argent dans
un projet “coup de coeur”
Le porteur d’un projet de
création d’entreprise qui
ne possède pas les fonds
nécessaires au démarrage de
son activité et ne souhaite pas
faire appel au crédit bancaire
L’un et l’autre se rencontrent
sur internet via une plateforme
dédiée. Les projets sont
présentés par leurs porteurs et
les épargnants choisissent de
financer celui (ou ceux) qui leur
plaisent à hauteur de ce qu’ils
souhaitent investir.
Le fonctionnement très simple
de cette forme de financement
présente aussi l’avantage de la
transparence pour l’épargnant.
Celui-ci sait ce qu’il finance et le
fait par choix et selon ses valeurs.
Fonds de dotation à
destination des TPE locales
Continuer l’action de
sensibilisation et de formation
des TPE pour une meilleure
accessibilité aux marchés publics
initiée par la Ville.
Pourquoi ne pas créer une
instance de décideurs avec l’idée
d’harmoniser les process pour
toutes les collectivités ?
Il y a une marche de progrès
sur les exigences qualitatives et
techniques qui empêchent les
TPE de concourir notamment en
simplifiant le cahier des charges.

Faire du numérique un levier

pour la compétitivité de nos

entreprises à l’international
Généraliser le reflexe
numérique à l’ensemble des TPE
et PME bordelaises
Promouvoir le e-commerce et
le développement des entreprises
à l’export grâce au numérique
Accompagnement et
développement des start-ups :
concours d’applications Open
Data
Pourquoi ne pas penser à un
Trophée de l’Innovation : trouver
un opérateur de communication
Accompagner Bordeaux dans
le défi qu’elle s’est donnée de
répondre à l’appel à projets du
gouvernement pour la création
de « quartiers numériques »
destinés à booster la croissance
de nos startups numériques et
renforcer leur attractivité dans la
course mondiale à l’innovation
 

2013/11/27

Euratlantique: un territoire d'opportunités!


2013/11/12

Et si on regardait la France en face....

Je vous invite à regarder ce très bon reportage de France 2 : La France en Face qui nous ouvre les yeux sur la réalité de notre pays sans artifice : juste à travers des témoignages de français au quotidien.
Où en sommes-nous?
Pendant les trente glorieuses, années fastes,  l'ascenseur social bénéficiait à toutes les catégories.
Cette époque là est révolue et un autre système économique, la mondialisation lui a succédé.
Les lieux de la mondialisation ce sont les grandes villes, les métropoles, ces aires urbaines qui concentrent tous les lieux de pouvoir: sièges sociaux, centres d'affaires et une population connectée au monde.
En trois décennies, les métropoles sont devenues le lieu quasi exclusif du dynamisme économique.
Et ce n'est pas sans poser le problème de la fracture entre les métropoles et le reste du territoire.
C'est intéressant d'observer dans le documentaire la nouvelle carte de la France selon des critères de revenu, de taux de chômage, du nombre d'emplois précaires,...qui fait apparaitre les disparités très nettes entre les métropoles génératrices de richesse en blanc et la France "bleue" des fragilités sociales.
Autrement dit, la France qui va bien est celle des 25 métropoles de plus de 370000 habitants (Paris, Lyon, Nantes, Lille, Bordeaux,...) qui à elles seules produisent les 2/3 de la richesse nationale!
Pour nous, élus locaux, il est nécessaire de connaître cette réalité là pour prendre les bonnes décisions et surtout agir en conséquence!
Ce reportage m'a émue : sentiment de déclassement, de déprise de désabusement et surtout une grille de lecture périmée proposée par nos médias. Cependant, l'espoir est présent et les personnes se battent pour leur dignité et pour celle de leurs familles!
C'est bien pour cette réalité-là que je me suis engagée en politique: aider les gens à vivre mieux et à trouver leur place dans la société.
C'est à leurs côtés que je souhaite participer à la co-construction d'une nouvelle société plus juste, plus économe et plus solidaire!
A nous de réinventer le futur!

2013/10/18

Bordeaux, ville romantique!



L'office de tourisme de Bordeaux vient de faire réaliser un petit clip pour convaincre les touristes de venir en Gironde... Bande-son : "La Vie en rose"

J'ai représenté Alain Juppé ce soir au grand Théâtre et accueilli le congrès mondial de la palette avec 180 industriels venus des 4 coins de la planète absolument sous le charme de Bordeaux. 

Cette vidéo  illustre parfaitement le charme opéré par Bordeaux sur ces visiteurs  qui découvrent la beauté, le glamour, l'enchantement de notre ville!

 

2013/10/09

SCOOVIE: c'est un état d'esprit!


 par unblognommewanda
Scoovie, je donne, tu reçois, nous partageons !

Scoovie est une plateforme de mise en relation entre les personnes qui partagent un nouveau style de vie, ancrés sur l'échange et le partage. Les Scoovers font du co-trocking.

Sur Scoovie vous pouvez organiser des sorties, proposer ou demander des services ainsi que prendre, offrir ou emprunter des objets auprès de toute la communauté sans utilisation d’argent mais contre des points (scoovies) qu'on utilise quand on veut auprès de qui on veut. Les possibilités deviennent illimitées et les contraintes d'échange entre deux personnes laissent placent à l'échange avec toute la communauté.
Contact: krista Vandermeulen
krista.vandm@gmail.com
http://www.scoovie.com/




2013/09/16

Interview par J.Abdilla à propos du Village de la Création 19.09.13 Salle Son Tay Bordeaux

 Entretien 3 - Wanda Laurent : Conseillère municipale déléguée pour la création d'entreprises et le développement des structures d'accueil pour les entreprises - Jury du Prix de l'entrepreneur de Bordeaux
- Quelles sont les difficultés auxquelles sont le plus régulièrement confrontée les porteurs de projets, puis les créateurs ? Comment se démarquer de ses concurrents et ainsi assurer sa pérennité ?

La principale difficulté est l'accès au réseau. Ll'écueil à éviter absolument pour un créateur d'entreprise étant de rester seul : toutes les statistiques le prouvent les entreprises qui sont pérennes à trois ans sont celles qui ont été accompagnéesVient ensuite la lisibilité de l'action de chacun des acteurs institutionnels de la création d'entreprise (d'où l'intérêt d'une maifestation telle que le Village de la Création d'entreprise, qui permet de tous les réunir dans un même lieu).
Suivi par les aspects administratifs, financiers et commerciaux. Cependant, si vous avez été accompagné, vous avez bâti une étude de marché qui vous permet d'évaluer correctement les forces et faibles de votre marché. De ce que j'observe ou entends de la part de chefs d'entreprises, les freins au développement sont souvent dus aux besoins en financement des entreprises, à une difficulté de gestion de leur besoin en fond de roulement (BFR), un problème personnel, etc.
wanda laurent
- Quelles sont tes coups de cœur, en terme de création d'entreprise ? Quelles sucess-stories t'ont marqué ?
La création d'entreprise qui m'a le plus marquée c'est le site marchand Broquante de France pour lequel j'ai eu la chance de remettre le prix coup de cœur des Trophées E-Bay. Il s'agit d'une histoire formidable et poignante : un couple de seniors britannique vit la faillite de leur entreprise dans des circonstances très douloureuses. Se retrouvant sans ressources, ils sont contraints de vendre leurs mobiliers sur internet. En une semaine, ils réussissent à vendre la totalité de leurs biens à des acheteurs venus des 4 coins du monde. Ils ont alors une idée géniale et créent leur premier site marchand, qui aujourd'hui marche très bien. Cette dame m'a donné de ses nouvelles pour les vœux de 2013 en me remerciant et m'a confirmé que son entreprise était florissante...

- Quelles sont les raisons aujourd'hui de se lancer ? Pourquoi le faire à Bordeaux ?
Les raisons de se lancer sont multiples mais la première est sans doute motivée par l'envie. L'envie de tenter une aventure humaine passionnante et de créer de la richesse. Pour moi, nous vivons la fin du salariat à vie et le parcours professionnel est une alternance de période de salariat, de formation et pourquoi pas pour certains, de créateur de son propre emploi ou d'entreprises.
Pourquoi Bordeaux ? Parce que cette capitale régionale est attractive : elle est la ville préférée des français après Paris, au premier rang des villes pour investir, de plus en plus connectée au reste monde (LGV dès 2017, un aéroport avec 40 destinations internationales, un grand port maritime). Elle est la 2e ville française pour l'implantation d'entreprise : 3 000 créations d'entreprises en 2011, cœur de métropole pour le taux de création d'entreprises (18,9 %). Les conditions y sont favorables, notamment grâce à :
- la Couveuse Anabase.
- l'installation du premier incubateur féminin du grand Sud Ouest : Bordeaux Aquitaine Pionnières.
- le maillage du territoire avec 2 pépinières (Sainte-Croix et Chartrons) et 2 à venir (Darwin et les Bassins à Flots).
La volonté politique est également très forte pour faciliter et encourager l'entrepreneuriat pour tous. Tout a été fait pour la création d'entreprise et beaucoup d'acteurs sont mobilisés et fédérés. Aujourd'hui, le défi est d'accompagner le développement de ces entreprises notamment en facilitant l'accessibilité des marchés publics aux TPE ou en facilitant l'ouverture des réseaux. C'est la deuxième étape à laquelle je m'attèle très sérieusement car c'est une demande très forte des entreprises.

2013/08/14

Pourquoi et comment j’en suis arrivée à faire de la politique ?


Quand je suis arrivée en famille à Bordeaux en 2002 suite à une mutation de mon mari, j’ai tout d’abord été très agréablement surprise par la douceur de vivre et l’accueil qui nous a été réservé.
Tout est beaucoup plus facile en province à une exception près et pas des moindres : l’insertion professionnelle.
En quittant Paris, je quittais un grand groupe bancaire et des perspectives professionnelles qui s’ouvraient à moi. A Bordeaux, la tâche s’est avérée beaucoup plus difficile que je ne me l’imaginais.
Plusieurs difficultés se sont immédiatement présentées à moi : ma reconversion toute fraiche dans la formation avec un diplôme et pas d’expérience, mon absence de réseau et de connaissances professionnelles et enfin la compatibilité de ma vie professionnelle et personnelle maintenant que tout reposait sur moi et que je n’avais aucun parent pour me seconder.
Dès mon arrivée et pendant 2 ans, je n’ai cessé de rencontrer une multitude de gens aussi divers qu’intéressants qui avaient l’avantage de m’ouvrir la voie des possibles ou au contraire qui me décourageaient dans ma recherche d’emploi. Ce travail de fourmi pour tisser un réseau professionnel important et efficace m’a appris à développer une certaine aisance et audace relationnelle, à modifier et adapter ma présentation en fonction des rencontres et des circonstances et surtout j’ai pu mesurer et apprécier l’état de l’environnement économique  girondin, ses atouts, ses faiblesses, ses forces vives, son fonctionnement ainsi que les aspirations et codes de ses principaux acteurs.
C’est très important les codes avec lesquels une communauté communiquent : ils offrent une clé de lecture précieuse.
C’est grâce à ce travail de réseau que j’ai construit mon projet professionnel et surtout que j’ai pu faire de la politique.
En effet, même si l’objectif de ma recherche d’emploi était à court terme la reprise rapide d’une activité, j’étais persuadée qu’il y avait un deuxième objectif celui-ci à long terme qui était de bâtir un réseau efficace et important qui me permettrait de naviguer plus aisément dans ce « marché caché » et qui m’ouvrirait à terme des portes réservées qu’à une poignée de gens.
Cette démarche, si j’en parle aujourd’hui facilement n’a pas été naturelle au départ et fut même très mal vécue au démarrage car je ne comprenais  pas pourquoi il fallait déployer autant d’énergie pour accéder à un monde que j’imaginais plus ouvert et désireux de nouveauté. Une fois le temps de la naiveté passé, la conviction profonde et  le souhait que j’ai aujourd’hui d’être génératrice de lien entre les gens  de manière à ce que chacun trouve sa place plus facilement me vient probablement de cette expérience de vie.
Dans ce travail de réseau, j’ai découvert un monde que je ne connaissais pas du tout si ce n’est par les représentations des médias, celui de la politique.
J’ai pu constater, souvent à mes dépens, que le milieu professionnel était finalement assez proche du monde politique dans son rapport au pouvoir.
C’est un ami qui m’a d’ailleurs beaucoup aidé dans ma recherche d’emploi, qui m’a parlé d’un engagement politique mesurant que ce que je représentais :une jeune femme mariée, mère de famille, dynamique, parisienne donc apporteuse d’une vision nouvelle pour Bordeaux et surtout désireuse de faire bouger les lignes.
Je pense que, comme M.Jourdain , j’ai toujours fais de la politique sans le savoir : caractère très engagé et idéaliste, pourfendeur d’une justice sociale ,convaincu de la nécessité de dépasser  les préjugés et les idées reçues et résolument tournée vers l’action  concrète.
Ma difficulté a été de prendre ma carte dans un parti qui est celui qui est le plus proche de mes convictions mais qui me contraint pour un certain temps à renoncer à une certaine liberté de ton .